Connexion

NEWS

« retour


le 8 mars, 2018

Mikkel Hansen a inscrit neuf buts, dont celui de la victoire du PSG à l'ultime seconde. (Panoramic)

J17 : Paris miraculé !

Le PSG, en grand danger en fin de match, s’est finalement imposé à Saint-Raphaël jeudi soir grâce à un penalty de Mikkel Hansen au buzzer (25-26).

Le Paris Saint-Germain a bien failli perdre son titre à Saint-Raphaël jeudi soir. Revenus à quatre longueurs de Montpellier la semaine dernière après leur démonstration faite face au leader, les Parisiens étaient sur le point d’abandonner deux nouveaux points dans le sud, dans le Var cette fois-ci, quand, à 25-25 à dix secondes de la fin du choc de cette 17ème journée de Lidl Starligue, les Raphaëlois avaient la balle de match dans leurs mains. En supériorité numérique, les locaux, restés collés-serrés toute la soirée avec les champions de France, étaient en situation favorable pour décrocher un succès de prestige qui les aurait confortés dans le Top 4 du championnat. Mais Aurélien Abily, si précieux jusque-là, ne voyait pas Raphaël Caucheteux démarqué sur son aile et le ballon revenait aux visiteurs qui posaient immédiatement un temps-mort.

Il restait alors cinq secondes à jouer. C’est court. Mais suffisant aux Parisiens pour obtenir, suite à une faute sur Luka Karabatic, un jet de sept mètres que Mikkel Hansen, parfait dans l’exercice ce soir (8/8), transformait sans trembler (25-26). « C’est une victoire super importante, analysait quelques secondes plus tard le Danois, toujours très en retenue, devant les caméras de beIN Sports. Il était indispensable de rester à quatre points de Montpellier. Ce succès va compter pour la confiance. » Dans un choc qui a tenu toutes ses promesses, que ce soit dans l’intensité comme dans le jeu proposé par les deux équipes, les joueurs de la capitale pensaient avoir fait le plus dur dans les dix dernières minutes en prenant à plusieurs reprises deux petits buts d’avance. Mais les Raphaëlois, exemplaires d’abnégation, n’ont jamais lâché jusqu’à obtenir ce ballon de la victoire. « On a mal géré le dernier ballon, c’est vraiment dommage« , regrettait Raphaël Caucheteux qui aurait bien aimé donné un petit coup de main à son ancien club de Montpellier.

Grâce à ce succès, le quatrième de rang depuis la reprise, Paris maintient donc la pression sur le leader héraultais. Quatre points séparent toujours les deux équipes alors qu’il reste neuf rencontres à disputer. Ce n’est pas insurmontable pour le PSG, d’autant plus qu’il possède le goal-average particulier et un calendrier désormais légèrement plus favorable. Qui sait si cette rocambolesque fin de match ne sera pas analysé dans quelques semaines comme le tournant de la saison.

Par Régis Aumont

NEWS