Connexion

NEWS

« retour


le 27 janvier, 2018

Il faut se relever 

Sonnés après leur élimination, les Français vont tenter de repartir de Croatie avec une médaille. (Panoramic)

Les Français vont devoir passer outre la déception de leur élimination en demi-finale de l’Euro pour aller chercher, dimanche face au Danemark, une médaille de bronze.

La déception, si grande, d’être passés à côté de leur demi-finale ne va pas les quitter en quarante-huit heures. Les joueurs de l’équipe de France, méconnaissables pendant quarante minutes face à l’Espagne vendredi soir (27-30), rumineront longtemps leur contre-performance, eux qui jusque-là avaient réussi un parcours sans-faute. Déjà bien remonté à la mi-temps du match, Valentin Porte, ne décolérait pas à l’issue de la partie. « Ce n’est pas de la déception, non. La déception, tu l’as quand tu as tout donné et que tu t’écroules face à une équipe plus forte à la dernière seconde, pestait-il en répondant aux questions de notre confère de la Ligue Nationale de Handball. Ce soir (vendredi), je suis énervé et dégoûté de voir qu’en un petit quart d’heure on peut gâcher tout le travail effectué depuis le 26 décembre. Je ne comprends pas. C’est même honteux de montrer ce qu’on a montré en première période. On est menés de 6 buts et on ne marque que 9 buts. Je ne comprends pas non, et je ne sais pas si j’ai une explication. Je suis juste remonté, énervé. »

L’arrière ou ailier des Bleus n’était pas venu en Croatie pour ça, même si l’objectif annoncé par le staff était de s’immiscer dans le dernier carré. Sauf qu’une fois atteint, lorsque l’on est l’équipe de France, il est difficile de se contenter d’une match pour la troisième place. Ce n’est pas une habitude pour les Experts qui restaient sur neuf demi-finales remportées dans les grandes compétitions internationales. « Cela ne doit pas remettre en cause ce que nous avons fait sur la quinzaine, se défend Didier Dinart. Certes le bilan est lourd. Ne pas accéder à une finale, c’est quand même douloureux pour tout le monde. Maintenant, il faut déjà essayer de se ressourcer et débriefer. Une médaille de bronze permettrait au moins d’altérer ce contretemps. » Voici le dernier objectif des Bleus dans cet Euro : ne pas rentrer bredouille.

Plus à perdre qu’à gagner

Ce ne sera pas une mince affaire. Attendue comme la finale avant les demies, l’affiche France-Danemark sera finalement la mise en bouche de Suède-Espagne. Le champion du monde face au champion olympique dans ce qui constituera d’ailleurs le remake de la finale de Rio. Avec, finalement dans cette histoire, plus à perdre qu’à gagner pour les deux équipes. Mais si une médaille de bronze dans un championnat d’Europe ne fait sans doute plus rêver les anciens qui ont tout gagné, on peut imaginer la portée qu’elle pourrait avoir pour les nouveaux. Qu’ils incarnent la nouvelle génération, comme les Nantais Nicolas Tournat et Romain Lagarde, lequel fut d’ailleurs excellent lors de son entrée contre les Espagnols, ou des plus anciens, comme Raphaël Caucheteux ou Nicolas Claire, jamais avant cela conviés aux banquets des grands événements.

L’équipe de France va donc devoir se relever dimanche. Oublier son échec pour ne pas finir au pied du podium. « Tâchons de ne pas reproduire les mêmes erreurs afin de finir sur une bonne note, conclu Didier Dinart. N’oublions pas que l’équipe de France est en plein renouvellement, même si nous la trouvions resplendissante jusque-là. » Pour battre le Danemark, les partenaires de Cédric Sorhaindo, qui avaient perdu face à ceux de Mikkel Hansen juste avant l’Euro (28-29), vont devoir trouver les ressources physiques et mentales pour rebondir. Ce n’est jamais évident après une grosse déception. Mais si ça peut les rassurer, les Danois, éliminés après prolongation vendredi soir, sont dans le même état psychologique.

Par Régis Aumont

NEWS