NEWS

« retour


le 20 juin, 2017

Beach-Annonay : « J’avais déjà joué au sandball mais… »

Après une saison en indoor avec Tremblay, Patrice Annonay s’essaie au beach handball cet été. (Panoramic)

Pendant près d’une semaine, les Bleus se sont préparés à l’Euro de beach handball dont les premiers matchs sont programmés ce mardi en Croatie. L’occasion de découvrir la discipline avec Patrice Annonay, gardien de Tremblay et capitaine de cette sélection masculine, qui lui aussi fait ses premiers pas sur le sable.

Pouvez-vous nous expliquer ce qu’est le beach handball ?
C’est du handball sur la plage, l’environnement change de l’indoor. C’est très proche du sandball sans en être. Il y a des règles différentes émises par l’IHF depuis 15-20 ans. Ils ont poussé pour que la France ait deux équipes nationales, filles et garçons, et pourquoi pas bientôt en U17.

Comment en êtes-vous venu à pratiquer cette nouvelle discipline ?
Les personnes qui sont à l’origine de ce projet viennent du sandball. Mickaël Illes (le sélectionneur des Bleus, ndlr) est une personne avec qui j’ai joué au centre de formation d’Angers notamment. Il m’a appelé en me demandant si j’étais intéressé et, pensant avoir des aptitudes sur le sable parce que je suis martiniquais, j’ai accepté. C’est un très bon pote donc j’ai voulu le suivre dans son aventure. Je ne savais pas trop où j’allais, j’avais déjà joué au sandball comme tout le monde mais maintenant je vois bien qu’il y a des spécificités.

« On doit y aller avec beaucoup d’humilité »

Qu’avez-vous tiré de ces premiers jours de préparation et de ce tournoi à La Seyne le week-end dernier ?
On a fait un stage la semaine précédente sur Aix. Il a été axé sur l’apprentissage des règles et des spécificités de la discipline avec un peu de tactique. On attendait ce week-end avec impatience pour avoir un adversaire en face, savoir ce qu’on valait et sur quelle base de travail on partait. Le bilan est mitigé parce qu’on a terminé quatrième du tournoi. Il y a eu des belles prestations mais aussi beaucoup de recherches. Maintenant on sait où on en est, on sait sur quoi il faut travailler parce qu’on a vu ce qu’il nous manque. On a eu un super plateau et un super accueil. L’Allemagne et les USA sont habitués aux joutes du beach handball. A nous de tout mettre en place pour qu’on devienne dangereux. Je pense que le plus difficile c’est de transformer de ce que l’on sait faire en indoor sur le sable.

Est-ce que vous partez avec un objectif précis pour ce premier Euro ?
Je pense qu’il faut qu’on parte avec un objectif parce qu’on est des compétiteurs. On aime bien se fixer un but sans pour autant avoir de barrière. Pour l’instant on ne doit pas s’enflammer, on doit y aller avec beaucoup d’humilité parce que c’est un projet qui ne fait que commencer. On a eu cette wild-card pour participer à l’Euro, on va y représenter la France, son handball ainsi que son savoir-faire. Il faudra donc y aller avec un certain ego tout en gardant de l’humilité.

Propos recueillis par Maxime Cohen

NEWS